Gardons le contact!

Mort programmée des pièces automobiles? Par Marie-Claude Veillette, www.carrus.ca

Vous trouvez peut-être que les produits que vous achetez durent moins longtemps? Qu’il est difficile de trouver des pièces de rechange lorsqu’un appareil est défectueux? De nos jours, on ne fait à peu près plus rien réparer, on achète du neuf tout simplement. C’est souvent plus simple et moins cher que de payer pour la réparation.

Nous sommes dans l’aire de l’obsolescence programmée ou planifiée; une stratégie qui vise à raccourcir délibérément la durée de vie d'un produit dans le but d'accélérer le renouvellement de l'achat.

Est-ce que l’obsolescence des produits de consommation est vraiment programmée?

On a tous déjà entendu parler de ces imprimantes munies d’une puce et programmées pour arrêter de fonctionner après 5000 copies. Est-ce qu’il existe un véritable complot de fabricants pour programmer la mort de certains biens dans l’unique but de nous forcer à consommer?

Et si c’était le marché de la consommation en lui-même qui forçait les consommateurs à toujours vouloir renouveler les biens qu’ils possèdent? Dans la majorité des cas, la baisse de la qualité des produits n’est pas planifiée. C’est une conséquence directe de la volonté des fabricants de rendre leur produit accessible à un plus grand nombre de consommateurs possibles, à un prix le plus alléchant possible.

Une façon d’y parvenir est d’utiliser des matériaux de moins bonne qualité. Pris dans le cycle de la consommation, l’acheteur recherche un prix. Comme il sait déjà qu’à plus ou moins court terme, il aura envie de changer pour un modèle plus récent, il se contente d’un produit fabriqué pour durer moins longtemps, offert à meilleur prix.

Est-ce que l’obsolescence existe dans l’industrie automobile?

En automobile, l’obsolescence est plus esthétique que technologique. De nos jours, les grands constructeurs automobiles fabriquent tous des véhicules innovants de qualité et de fiabilité supérieure.

Pour convaincre les automobilistes de changer, les designers automobiles travaillent à faire évoluer l’apparence ou le design d’une marque afin que les anciens modèles paraissent désuets. Une BMW série 3 E46 ne vous paraît-elle pas dépassée par rapport à F30? La réponse est probablement oui. Pourtant les différences ne sont qu’esthétiques puisque la mécanique, elle, n'a que peu évolué.

Est-ce que l’obsolescence existe dans l’industrie des pièces automobiles?

En fait, c’est plutôt que contraire qui se produit. Par souci de fiabilité, les manufacturiers mettent sur le marché des pièces qui ont tendance à durer plus longtemps comme le constatent de nombreux garagistes. C’est le cas des voitures japonaises notamment.

« Imaginez par exemple qu’un manufacturier décide de sortir des freins de qualité moindre pour que le consommateur les change plus souvent et que ça devienne un fait connu du public. Les conséquences seraient désastreuses pour l’entreprise parce qu’on parle de qualité et de sécurité » affirme Chantal Lamarre, directrice des ventes pour CARRUS.

Par ailleurs, lors d’une réparation de carrosserie à la suite d’une collision, les assureurs en collaboration avec les réparateurs s’assurent d’utiliser des pièces de remplacement d’origine du manufacturier, des pièces recyclées ou similaires certifiées.

Certaines compagnies de pièces vendent des pièces similaires non certifiées. Dans ce cas, elles ne sont pas nécessairement programmées pour durer moins longtemps, mais comme le veut le proverbe; vous en aurez pour votre argent, pas un cent de plus!

Novembre 2012